Wolverine-and-the-X-Men-03pg01Comme dirait le Roi Heenok : cours l'acheter ! cours l'acheter ! cours dans ton putain de comicshop ou ton putain de kiosque acheter ce putain de magazine mensuel intitulé Wolverine, parce que là-dedans depuis le numéro 1 de juillet y'a la putain de série Wolverine and The X-Men, et ça mon garçon, ça envoie la putain de sauce !

Certes certes certes. Okay. Maintenant essayons quand même d'expliquer pourquoi il faut lire cette série un peu plus calmement. Déjà, de quoi s'agit-il? Pour faire vite, ce griffu de Wolverine a décidé d'ouvrir sa propre école pour jeunes mutants, l'institut Jean Grey, épaulé par quelquesuns de ses congénères en guise de professeurs (Kitty Pride, Le Fauve, Iceberg...), qui vont devoir s'occuper d'une vingtaine d'élèves - assez turbulents au demeurant. Et évidemment, les problèmes ne vont pas tarder à pleuvoir sur tout ce petit monde... c'est que Jason Aaron sait y faire en la matière.

C'est qui celui-là ? rien moins que la nouvelle coqueluche des fans de comics depuis qu'il a sortit sa série Scalped sous le label Vertigo de DC Comics, et qu'il est passé sur des personnages comme le Punisher ou le Ghost Riderchez Marvel. Depuis tout le monde aime Jason, et je me suis rallié à la cause entretemps. Parce que ce tumblr_lq709vvmti1qg1iejo1_500mec sait nous titiller où il faut, comme il faut et quand il faut, du coup la lecture de son "Wolverine and The X-Men" est juste un putain de pur plaisir. On enchaîne surprises sur surprises, coups de théâtre sur coups de théâtre, tournant les pages avec frénésie, complètement aggripés par cette lecture à 200 à l'heure. C'est délirant, fun, prenant, drôle, plein de fraîcheur, d'enthousiasme et de souffle, parfois tragique, et surtout carrément jouissif à lire. Ca foisonne d'éléments à chaque page, avec de l'humour, de la baston, des clins d'oeil, de l'action... et une galerie de personnages hors-normes carrément bien maîtrisée ! Déjà que le scénario en lui-même bénéficie d'une construction intelligente, déroulant des intrigues parallèles sans perdre le lecteur, posant subtilement les bases des histoires à venir, développant des idées et des concepts qui nous sautent à la gueule tellement ils sont géniaux, et donc une galerie de personnages impressionante. Jason Aaron parvient à développer le caractère de tout un tas de personnalités  très différentes sans nous perdre pour autant, caractérisant à merveille les différents protagonistes qui parsèment les intrigues... à tel point que Wolverine se fait clairement voler la vedette par ses élèves et les autres intervenants satellites ! (mention spéciale aux Bamfs, ces petits monstres bleus qui grouillent dans l'école et passent leur temps entre vols de wiskhy et recherche de conneries à commettre - Wolverine_and_the_X-Men_Vol_1_10mais aussi Quentin Quire, Broo, le Fauve, Iceberg, Le Crapaud, Kid Gladiator...). Une galerie de personnages aux caractères bien trempés, à la psychologie travaillée, très attachants, assez délirants, et surtout dont on sent qu'Aaron a encore beaucoup de choses à dire. Ca se chamaille, ça se rapproche, ça se chambre, ça se bastonne, ça part sur une planète-casino piquer plein de thunes, ça fomente des rebellions, ça s'infiltre dans les circuits sanguins d'un de ses professeurs, ça se castagne avec un super-scientifique de ll'espace, ça affronte Dents de Sabre sur une base spatial (mythique ce combat!), ça doit faire face à un truc gigantesque qui veut bouffer l'école... de la bombe je vous dis ! y'a un milliard d'éléments intéressants à la seconde, ça bouillonne d'idées, et ça en devient carrément addictif ! Il y a un peu de Chris Claremont, un peu de Grant Morrison, un peu de Josh Whedon dans l'écriture de Jason Aaron - autrement dit les scénaristes les plus intéressants ayant eu à charge l'équipe des X-Men -, mais surtout une patte franchement personnelle et originale.  

Côté dessins on a deux artistes qui alternent selon les épisodes, aux styles très différents mais qui chacun colle parfaitement au ton de la série. D'un côté Chris Bachalo et son graphisme foisonnant, au style exubérant, très fouillis -trop par moments-, avec un côté un peu manga dans la représentation de ses personnages, des cadrages très rapprochés et un trait assez "organique" qui peut donner de très belles choses sur certaines séquences ; en face c'est Nick Bradshaw qui s'y colle, opposant la clareté de son trait au bordel du style Bachalo. C'est très précis, efficace, et l'auteur n'hésite pas à utiliser la clareté de son style pour parsemer ses arrière-plans de petits détails marrants, mais il faut avouer que malgré l'efficacité des graphismes du monsieur ça manque un peu de la matière brute que l'on retrouve plus facilement chez Bachalo. Peu importe, l'un comme l'autre servent à merveille les scripts de Jason Aaron, qui par la suite va associer quelques autres dessineux au titre.

Bon c'est bien beau tout ça, mais ou est-ce qu'on peut la trouver cette série ? pas compliqué, elle a débuté dans le numéro 1 du mensuel Wolverine paru en juillet 2012 et continue de paraître encore aujourd'hui avec le numéro 9 de mars qui a recouvert les étales de nos chers kiosques et de nos chers comicshops il y a peu. Fu-fu-fu-fu-fume ça, c'est d'la race !

Wolverine-and-the-X-Men-03pg14-15